Partir vers d’autres horizons - Martin Bolden
Martin Bolden

Bonjour à vous, je suis Marty. Je travaille dans le monde de la finance depuis une dizaine d'années. Je dois vous avouer que c'est un travail extrêmement stressant. Au bureau, on organise régulièrement des 5 à 7, mais on se lasse vite de toujours avoir les mêmes conversations. C'est pourquoi j'ai eu envie de venir vous raconter mes petites histoires ici. Mais n'ayez craintes, les problèmes resteront au bureau. Ici ça ne sera que les bons côtés de mes journées !

Partir vers d’autres horizons

Partir vers d’autres horizons - Martin Bolden

Chloé a décidé de changer de vie. Elle projetait depuis longtemps de vivre vers d’autres horizons, non parce qu’elle ne se sentait pas à son aise à Laval, là où elle vivait depuis des années, mais simplement parce qu’elle avait envie de découvrir des lieux différents.

Elle aime partir en voyage et apprendre à connaître les rythmes de vie locaux, les coutumes et les traditions qu’elle ne connaît pas. Elle se sent plus riche, chaque fois qu’elle découvre d’autres personnes, d’autres modes de penser, et d’autres paysages.

Seulement depuis quelque temps, elle avait le sentiment qu’un voyage est toujours trop court pour comprendre une civilisation, la connaître et la respecter aussi. Alors elle décida de partir découvrir à long terme. Elle avait la chance de pouvoir le faire.

Le matin de son départ, elle prit soin de fermer les rideau de balcon exterieur, les volets de chaque fenêtre, et sa porte à double tour avant de déposer les clefs de chez elle, à sa maman. Judith, qui avait toujours soutenu sa fille dans chacun de ses projets, avait le cœur serré ce matin-là. Elle savait que Chloé avait l’âme d’une globe trotteuse, et un besoin de liberté insatiable, mais l’éloignement ne la rendait pas des plus tranquille.

Elle avait un billet d’avion pour Bali, Chloé avait prévu d’y vivre deux ou trois ans, avant de s’installer à moyen terme en Australie. La culture locale semblait être un mélange de cultures internationales qui cohabitaient bien mieux que partout ailleurs dans le monde.

À vrai dire, elle ne savait que ce qu’elle avait ou en lire. Et son but était justement d’en découvrir par elle-même les raisons, et les explications à ça.

Il lui semblait que la culture de Bali était inique.

Après quelques mois passés sur place, elle découvrit rapidement que les Balinais, savent parfaitement se satisfaire de ce qu’ils ont. Souvent, les personnes qu’elle avait rencontrées ici, lui disaient qu’elles aimaient Bali, qu’ils voulaient simplement vivre à Bali, être incinérés à Bali et réincarné à Bali. Cela ne veut pas dire pour autant que les Balinais n’acceptent pas le changement. Au contraire, ils savent s’adapter à tout. Si on regarde en arrière, on constate qu’historiquement, ils ont d’abord vécu l’arrivée de l’hindouisme, et l’ont adapté à leurs pratiques, parce qu’ici, il est différent de ce que l’on peut voir en Inde.

Chloé a trouvé des réponses à ses questions, et surtout, elle découvre et apprend ce qu’elle a envie de connaître. Même si sa famille lui manque parfois, elle ne regrette pas ses choix, et ne projette pas encore de rentrer.